- PORQUE LOS SUEÑOS EXISTEN -

- PORQUE LOS SUEÑOS EXISTEN -
LA VIDA MISMA PUEDE SER EL MÁS MARAVILLOSO CUENTO DE HADAS, NUNCA DEJES DE CREER ...

miércoles, 5 de noviembre de 2008

Je L´aime à mourir

Je L'aime à Mourir
Francis Cabrel
Composição: Paroles et Musique: Francis Cabrel 1979 "Les chemins de traverse"

Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui,Je suis le gardien du sommeil de ses nuits.
Je l'aime à mourir
Vous pouvez détruire tout ce qui vous plaira
Elle n'a qu'à ouvrir l'espace de ses bras
Pour tout reconstruire. Pour tout reconstruire. Je l'aime àmourir

Elle a gommé les chiffres des horloges du quartier
Elle a fait de ma vie des cocottes en papier, des éclats derire
Elle a bâti des ponts entre nous et le ciel
Et nous les traversons à chaque fois qu'elle
Ne veut pas dormir. Ne veut pas dormir. Je l'aime à mourir

Refrain
Elle a dû faire toutes les guerres pour être aussi forte
aujourd'hui,Elle a dû faire toutes les guerres de la vie et l'amour aussi.

Elle vit de son mieux ses rêves d'opaline
Elle danse au milieu des forêts qu'elle dessine. Je l'aime àmourir
Elle porte des rubans qu'elle laisse s'envoler
Elle me chante souvent que j'ai tort d'essayerDe les retenir. De les retenir. Je l'aime à mourir

Pour monter dans sa grotte cachée sous les toits
Je dois clouer des notes à mes sabots de bois. Je l'aime àmourir
Je dois juste m'asseoir, je ne dois plus parler,Je ne dois rien vouloir, je dois juste essayer
De lui appartenir. De lui appartenir.Je l'aime à mourir

Refrain...
Elle a dû faire toutes les guerres pour être aussi forte
aujourd'hui,Elle a dû faire toutes les guerres de la vie et l'amour aussi.Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui,
Je suis le gardien du sommeil de ses nuits. Je l'aime à mourir

Vous pouvez détruire tout ce qui vous plaira
Elle n'a qu'à ouvrir l'espace de ses bras
Pour tout reconstruire. Pour tout reconstruire.

Je l'aime àmourir

1 comentario:

Alatriste dijo...

No se me dan bien los idiomas, amiga. Así que espero que me traduzcas esto, pues seguro que es precioso. Despertaste mi curiosidad. Un beso.

VUELVE PRONTO. YA TE ECHO DE MENOS ...